BASKETBALL

Sans crainte d’être démenti, l’année 2014 a été l’année de l’équipe Anthony Bennettde basket de Marché Ti Tony. Après avoir tout gagné (ASHBAC, SBL) entre autres, le président et maître à jouer de l’équipe s’est exprimé volontiers dans les colonnes de Ticket Sport. Il en a profité pour dresser le bilan de son équipe, aborder le dossier de la Fédération Haïtienne de Basket-ball et tirer à boulets rouges sur le Ministère des sports avant de dévoiler qu’il compte se présenter aux joutes sénatoriales du pays. Lisez l’interview exclusive de l’homme nageant entre le sport et la politique, Anthony Bennett.  

Ticket Sport: 2014 a été une année faste et glorieuse pour l’équipe de basket de Marché Ti Tony. Vous en êtes d’accord ?

Anthony Bennett: On a justement vécu une année 2014 extraordinaire, grandiose et cela, à tous les points de vue. On en a profité pour établir une sorte d’hégémonie dans le monde du basket corporatif haïtien en remportant tous les trophées mis en jeu par les promoteurs du basket. De l’ASHBAC, en passant par la SBL, sans compter le trophée glané le 27 décembre dernier lors de la visite du représentent de Adidas en Haïti, Philippe Jeudy, nous étions en mode rouleau compresseur, quoi. A chaque fois, nous battions en finale l’équipe des Produits Bongu. Cette dernière, n’a jamais en effet trouvé la meilleure formule pour contrer nos assauts. Nous étions également à Léogâne pour y jouer un tournoi de grande envergure. Alors que nous venons de surclasser tous nos adversaires en phase de poule et en ½ finale pour atteindre la grande finale, pour une raison ou pour une autre, cette finale dont il est question, n’a toujours pas pu être disputée.         

TS: Alors, voulez-vous dévoiler pour nos lecteurs le secret de la réussite de votre équipe ?

AB: Le secret n’est autre que ma relation personnelle avec les joueurs et le staff technique. Ils ne sont pas traités seulement comme de simples joueurs ou simples entraîneurs, mais, ils sont aussi traités comme des frères et des vrais amis. Avec eux, j’ai entretenu des contacts très serrés, et en plus, le franc-parlé. Ce faisant, ils n’auront pas à s’attarder sur leurs éventuels problèmes d’ordre financier ou familial. Il faut surtout noter qu’au sein de Marché Ti Tony, nous faisons la promotion du basket haïtien. C’est pourquoi, nous engageons Marc, un coach qualifié, formé à Texas (USA). Il a aussi une grande expérience pour encadrer notre staff technique. Il va sans dire que nous travaillions en toute quiétude d’esprit, dans la sérénité et dans la tranquilité. En face, des équipes comme Méga, Bongu, PNH ou encore SOGEBANK ont de très bons joueurs. Cependant, pour avoir les résultats escomptés, il faut avoir de très bonnes rélations avec le personnel de l’équipe, joueurs, entraîneurs et autres.

TS: Qu’est ce que vous voulez dire au juste ?

AB: Rires. Les joueurs et le staff technique sont très bien traités. Ils ont beaucoup plus d’avantages en termes financiers que les autres. En plus de tout cela, au sein de Marché Ti Tony, nous sommes une famille, et c’est pourquoi, ils perçoivent leur salaire régulièrement.  

TS: Dans ce cas, que gagne en termes d’argent le joueur le moins rénuméré de l’équipe Marché Ti Tony ?

AB: Vous savez que le sport évolue. Autrement dit, le joueur (artisan du spectacle) doit avoir le minimum, un salaire adéquat pour qu’il puisse être en jambes. Pour vous répondre sincèrement, le joueur de l’équipe le moins rénuméré perçoit la même somme qu’un employé de Banque sans tenir compte des différents frais incluant les entraînements, les matches, victoires et autres.

TS: Qu’en est-il de celui qui perçoit le plus d’argent ?

AB: rires… La même somme qu’un Directeur exécutif d’une banque, et sans se focaliser sur les frais divers incluant entre autres les entraînements, matches, bonus de fin d’année et des frais spéciaux pour le titre de champion.  

TS: Dans ce contexte, quel est le budget mensuel de votre équipe ?

AB: Entre staff technique et joueurs, nous avons un effectif de vingt-un (21) personnes. Pour que tout aille bien pour le groupe (payroll, les frais cités ci-dessus, frais de rafraîchissement pour les entraînements et les matches), nous devons obligatoirement dépenser plus de dix mille (10.000) dollars US le mois.  

TS: En somme, à quelles fins vous dépensez tout cet argent ?

AB: Participer aux activités qu’organisent l’ASHBAC ou la SBL est une façon de rafermir les liens entre employés et employeurs tout en créant plus d’emplois dans un pays où le taux de chômage est très élevé. Entant que basketteur et fan du ballon orange, je pense que c’est l’une des meilleures façons de contribuer au développement et à la vulgarisation de ce sport en Haïti. Le MJSAC a pour mission d’encadrer les différentes fédérations sportives du pays. Que je sache, il n’a rien offert aux entités organisant ces tournois, voilà pourquoi des équipes comme ASBA, TOPAZ, GIANTS, ZEKLE n’existent aujourd’hui que de nom. Pourtant, ces équipes devraient être en principe des usines fournissant de joueurs capables de jouer en équipe nationale. Ainsi, moi, les responsables de Mega, Digicel, Bongu, SOGEBANK, et autres: nous avons montré que nous pouvons faire quelque chose sans l’aide de l’état ou d’un quelconque ministère, d’autant que nous avons un ministre de sport qui n’a rien fait sinon parler à la radio.

TS: N’êtes-vous pas intéressé à briguer un poste au niveau du comité exécutif de la Fédération Haïtienne de Basket-ball ?

AB: Pour être honnête avec vous, je ne suis pas intéressé à un poste au niveau de la Fédération Haïtienne de Basket-ball. Cependant, je reste très ouvert à l’idée de prodiguer des conseils, et s’il le faut, aider dans la mesure du possible.

TS: Certaines rumeurs ont fait croire que vous êtes candidat aux sénatoriales de l’Ouest. Que répondriez-vous ?

AB: Je n’ai rien à cacher, et c’est connu de tous. Ce n’est pas pour rien que j’ai été accompagné lors du Camp organisé à la place Boyer (samedi 27 décembre 2014) lors de la visite du représentant de Adidas en Haïti. Je pense qu’il est temps à ce que le sport ait un vrai ambassadeur au parlement haïtien. Ces gens l’ont fait délibérément. La question qu’est “Législation Sportive” doit être résolue une fois pour toutes, afin que le sport ait les moyens financiers pour subvenir à ses besoins. Pour matérialiser ce rêve, le sport doit avoir un vrai représentant au Sénat de la République. Ainsi, le football mérité d’être supporté à travers ses différentes sélections et, les clubs aussi, car c’est notre sport roi. Il faut qu’on cesse de multiplier les “Marathon” pour venir en aide à nos sportifs. Pour moi, c’est une honte. Vous savez, Haïti a besoin de beaucoup d’infrastructures sportives. A côté de vrai stade, pourquoi pas un “Gymnasium moderne” dans chaque chef lieu de département. Que je sache, le développement de notre chère Haïti doit passer par le sport. Des talents, nous en avons en grande quantité, et ce, dans toutes les disciplines sportives. C’est un objectif réalisable, il suffit que le gouvernement et le secteur privé se mettent ensemble. Haïti est un pays composé éssentiellement de jeunes, ils ont leur place dans la société haïtienne, et ils doivent avoir un regard soutenu sur les affaires du pays. A ce sujet, j’en profite pour donner un carton rouge au MJSAC. Ce ministère inexistant, n’a rien fait pour vulgariser et voler au secours du sport dans le pays.

TS: Revenons donc au sport. Dans le championnat de l’ASHBAC, les équipes de Mega, Digicel et Bongu ont fait forte impression. Qu’en pensez-vous ?

AB: Les fans de Marché Ti Tony sont très gâtés, ils ne veulent que le trophée récompensant l’équipe championne. Je pense que ces équipes (Mega, Bongu, Digicel, SOGEBANK, et mêmes les nouevelles équipes) sont en grande forme. Elles peuvent nous battre dans les matches comptant pour la saison régulière. Cependant, s’agissant de trophée, elles n’ont pas cette tradition. L’équipe de Marché Ti Tony ne négocie pas les titres, et nous sommes plus que déterminés pour conserver cet acquis. En quatre (4) matches, nous avons perdu qu’un seul devant l’équipe Diri Mega. Je crois que le championnat (ASHBAC) est très ouvert cette année, et je suis satisfait de la performance de mon équipe.

TS: Y a-t-il une équipe en particulier dont vous avez peur dans le championnat de l’ASHBAC ?

AB: Je n’ai peur de personne. Les équipes de Mega et de Bongu sont deux bonnes équipes, et en plus, elles se sont renforcées. La SOGEBANK a fait pareil. Appolo et CNE ont fait forte impression pour leur première saison. A vrai dire, Marché Ti Tony respecte ses adversaires, mais il n’a peur de quiconque. Au contraire, ce sont elles qui ont peur de nous.

Ticket Sport: S’il fallait placer un dernier mot, vous direz quoi aux lecteurs ?

Anthony Bennett: D’abord, j’en profite pour remercier la presse, et Ticket en particulier pour cette entrevue. Puis, mes remerciements vont à nos milliers de fans et au peuple haïtien. Ensuite, je dis aux joueurs et au staff technique de l’équipe que je suis fier d’eux, et la saison débute à peine, on ne doit pas déjà crier victoire. Enfin, Marché Ti Tony promet de rafler tout sur son passage à commencer le championnat de l’ASHBAC, les joutes sénatoriales et autres.

Propos recueillis par Légupeterson Alexandre /Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.        

.