ARTS MARTIAUX

Née le 7 février 1998, Medgine Célestin, une survivante du tremblement de terre du 12 janvier 2010, est l’espoir de l’haltérophilie haïtienne en terre voisine. Plus d’un voit en elle la future championne haïtienne.

Après le séisme qui a tué plus de 250 000 personnes dans le pays en janvier 2010, les Fédérations dominicaine et panaméricaine d’haltérophilie avaient décidé d’accorder des facilités à des athlètes haïtiens pour qu’ils poursuivent leur formation. C’est ainsi que Medgine Célestin, 12 ans, est arrivée à l’hôpital Dario Contreras dans un fauteuil roulant en janvier 2010, après avoir été sortie des décombres de sa maison. Après un traitement médical adéquat et des dizaines de séances de thérapie, Medgine a récupéré.

En mai dernier, Haïti fait sa première apparition dans l’histoire des championnats du monde. La jeune Medgina Célestin, à douze ans seulement, est devenue le premier athlète haïtien dans les 58 kilos, catégorie femmes, à participer à un championnat du monde. Sur 42 participantes, elle a terminé en 23e position.

« Elle a été extraordinaire. Tous les assistants étaient émerveillés de sa prestation. Elle a beaucoup de talent et c’est une valeur sûre que nous avons dans le pays. Elle est l’espoir de l’haltérophilie haïtienne. Je profite de l’occasion pour remercier Willian Ozuna, président de la Fédération panaméricaine, et ses collaborateurs qui nous ont permis de découvrir cette athlète. Elle est très performante, nous plaçons beaucoup de confiance en elle. « Medgi » est actuellement présente au championnat panaméricain U-20 à Guadalajara », a déclaré Fritz-Gérald Fong, président de la Fédération d’haltérophilie d’Haïti.

« Elle pourrait être un réel espoir pour les médailles dans le championnat panaméricain qui se déroule en ce moment à Guadalajara », selon Playter Reyes, double médaillé des Jeux Pan-American (1999 et 2003) et qui coordonne la formation de Medgina Célestin, Amarald Manune (77 kilos), David Guirand (94 kilos), Febe Kerline (63 kilos) et Bélizaire Odéus (85 kilos) au Parque del Este de la République dominicaine.

« Soutenue moralement par ses amis et ses parents, la jeune Medgina Célestin sait où mettre le pied pour réussir dans la vie. Car, pour elle, le comportement d’un athlète qui veut percer se résume à trois choses : le travail, le sérieux et la discipline. Au sein du club, nous voyons en elle une championne », a mentionné David Guirand, l’un de ses partenaires au centre de Parque del Este.

« Je rêve de devenir une athlète célèbre un jour. Je m’amuse tellement quand je fais de l’haltérophilie ! Je dis merci à nos voisins qui m’ont accueillie sur leur terre », s’enthousiasme Medgina Célestin.