ARTS MARTIAUX
 Le programme d’urgence mis en œuvre par le COH dessin-Autoavec l’appui de l’UNICEF  pour une durée de 6 mois au profit des enfants victimes du séisme du 12 janvier dernier et qui vivent dans les camps d’hébergement pourrait aller au-delà de cette période. Les  demandes de prolongation pourraient obliger ces organisations à revoir à la hausse leurs objectifs.

 La journée d’activités sportives organisée jeudi dernier au Collège Frère André pour clôturer l’année scolaire a connu un large succès.

 Plus de 600 élèves de cette institution, dont certains étaient accompagnés de leurs parents y ont en effet pris part. La coordination technique était assurée par le Comité Olympique Haïtien (COH) dont le programme d’urgence mis en œuvre avec l’appui du Fond des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) est en cours depuis environ 2 mois.

 Les enfants, petits et grands, ont pris part à des compétitions sportives dans plusieurs disciplines notamment le handball, le taekwondo, l’athlétisme et les jeux de dame.

 Au terme de cette journée riche en spectacle, les élèves qui se sont particulièrement distingués ont reçu trophées, médailles et autres cadeaux (libres, cahiers etc.) récompensant leur performance collective et individuelle. 

 Pour Ernst Délice, directeur pédagogique de l’institution, les activités du programme d’urgence ont été la réponse à ce qu’avaient besoin les écoliers qui revenaient traumatisés et troublés à l’école après le 12 janvier.

 Aujourd’hui, dit-il, le sport fait plus que jamais partie de leur vie et cela a grandement contribué à leur performance académique.

 J’aurais aimé que, pour les vacances, le COH et l’UNICEF continuent de nous aider à garder ces enfants durant les vacances et je suis plus que certains que cela leur fera encore davantage de bien, a-t-il ajouté.

 Cet appel lancé par le directeur pédagogique n’est pas le premier du même genre que reçoivent généralement le COH à l’approche de la période des vacances.

 En effet, si le programme d’urgence avait une durée de 6 mois qui devrait s’achever le mois prochain, les bénéficiaires de partout, à Port-au-Prince comme dans les villes de provinces où il est en cours, ne veulent en rester là.

 Dans camps d’hébergement à Delmas, Tabarre, Carrefour, au Centre ville entre autres, ils sont unanimes à militer pour une continuation. « Les enfants sont tellement mieux quand ils sont avec nous », disent à chaque fois les accompagnateurs et les responsables de sites qui reçoivent ce programme d’urgence.

 Il faut dire que ce programme à déjà atteint plus de 95 % du nombre d’enfants ciblés au préalable. Ce sont plus de 43 000 enfants qui y participent régulièrement avec le support et l’encadrement de 196 moniteurs et 25 accompagnateurs, a indiqué Jean Max Saint Philippe, qui coordonne ce programme sur le terrain pour le compte du COH.

 Cette semaine ce nombre devrait s’accroitre avec les hébergés du camp corail où la demande était très forte, a-t-il dit, rappelant que ce camp n’avait pas été aménagé lorsque le COH montait le programme d’urgence.

Par Dodeley Orélus

." target="_blank">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Pour ashaps.com

.